La décision est prise, vous créez votre entreprise! Business plan, locaux, stocks, financement, fiscalité et même marketing… Après avoir bien évalué chacun de ces paramètres, vous vous lancez à votre compte. Mais qu’en est-il de votre statut et de celui de votre entreprise?

La plupart des entrepreneurs qui choisissent de se lancer seul choisissent le régime de micro-entrepreneur. Pourquoi ce choix de structure juridique est-il autant plébiscité par les entrepreneurs individuels? Quels sont ses avantages et inconvénients?

Tous patrons!

Créé en 2008, le statut d’auto-entrepreneur (appellation originelle du micro-entrepreneur) est un régime simplifié de l’entreprise individuelle. L’objectif à l’origine était  de faciliter et encourager la création d’entreprise pour tous, en profitant de démarches administratives et de procédures fiscales et sociales simplifiées. Il ne s’agissait pas d’une forme juridique en tant que telle, mais d’un régime spécifique au sein de la famille des entreprises individuelles. L’auto-entreprenariat a suscité un réel engouement à l’époque, car il représentait une petite révolution dans le monde du travail, une sorte de « démocratisation de l’entreprenariat ». Imaginez : ce nouveau statut ne créait que des « patrons » et non plus des employés!

En dix ans, les chiffres parlent d’eux même. Le nombre d’entreprises créées en 2018 a atteint un niveau record, justement grâce aux micro-entreprises. Elles représentent 308 300 nouveaux enregistrements, soit une augmentation de 28 % par rapport à 2017 (source lemonde.fr ).

Quels sont les principaux avantages du statut de micro-entrepreneur?

Ce statut offre des avantages considérables en terme de gestion, de fiscalité  (pas de compte de résultat ni de bilan à établir en fin d’année, et pas de TVA à facturer!) et des avantages sociaux (des modalités de calcul et de règlement des cotisations sociales très simplifiées, pas de cotisations requises  si vous ne faites pas de chiffre d’affaires).  Enfin, les micro-entrepreneurs bénéficient de trois années de charges sociales réduites : ils ne paient qu’un quart de leurs cotisations la première année d’exercice, la moitié la deuxième, 75 % la troisième, et la totalité seulement dès la quatrième année.

La micro-entreprise : quels critères devez-vous remplir pour profiter du statut?

Avant d’opter pour le statut de micro-entrepreneur, et profiter de ces avantages, il est impératif de répondre à certains critères, mais aussi de vous poser les bonnes questions quant à la gestion de votre entreprise.

1. Votre secteur d’activité
Seules ces trois catégories d’activité professionnelle peuvent bénéficier du statut de micro entreprise:
Activités commerciales. Attention : tout comme les autres entreprises exerçant une activité commerciale, les micro-entrepreneurs doivent être immatriculés au registre du commerce et des sociétés .

Activités artisanales (plombier, électricien, créateur de bijoux, etc…)

– Activités libérales (Conseil aux entreprises, activités de formation, animation, coaching, professeurs indépendants…)

 Pour être sûr que votre domaine d’activité est compatible avec le statut de micro-entrepreneur, cliquez ici : https://www.portail-autoentrepreneur.fr/statut-auto-entrepreneur.
 
2. Le montant de votre chiffre d’affaires annuel.
Pour bénéficier du statut de micro-entrepreneur, vous ne devez pas dépasser un certain seuil de chiffre d’affaires annuel. Mais bonne nouvelle : en 2018, les plafonds ont doublé concernant ce montant à ne pas dépasser: 70 000 euros annuels pour les services, 170 000 pour la vente de marchandises.

Ce point est important car en réalisant votre business plan, il vous faut bien évaluer en amont la moyenne du chiffre d’affaires attendu, pour être sûr de ne pas dépasser ce seuil maximal.

3. Avez-vous la personnalité d’un micro-entrepreneur?
Remplir les conditions ci-dessus pour obtenir le statut de micro-entrepreneur ne suffit pas : avant de vous lancer dans votre projet individuel, demandez-vous si vous êtes réellement apte à gérer une entreprise seul. Outre une grande motivation et un engagement au quotidien pour réussir, vous devrez également faire preuve d’une grande rigueur administrative.
N’oubliez jamais que micro-entreprise et vous ne faites qu’un! 

Faites votre choix entre les différentes formes d’entreprise individuelle

– Micro-entrepreneur ou entrepreneur individuel classique ?

La réelle différence entre ces deux statuts est fiscale : l’entrepreneur individuel classique est soumis à un régime réel d’imposition. Le micro-entrepreneur, lui, est soumis au régime fiscal et social de la micro-entreprise. Jusqu’en 2015, il s’agissait du régime de l’auto-entrepreneur.

Micro ou auto-entrepreneur ?
Les caractéristiques de l’auto-entreprise et de la micro-entreprise sont globalement identiques. Seule différence à noter : les micro-entrepreneurs peuvent opter pour le prélèvement fiscal libératoire. Le prélèvement fiscal libératoire requiert d’avoir un revenu global de référence de foyer fiscal inférieur ou égal à un certain seuil. Pour plus de précisions sur le versement fiscal libératoire : https://www.petite-entreprise.net/P-525-84-G1-qu-est-ce-que-le-versement-fiscal-liberatoire.html

 

Attention! Malgré ses avantages, le statut de micro-entreprise n’est pas adapté à toutes les entreprises individuelles!

L’exemple le plus probant est que le micro-entrepreneur doit payer des impôts et des cotisations sociales dès lors qu’il encaisse du chiffre d’affaires, et ce même si son activité est en réalité déficitaire. Cela signifie que ce statut n’est pas avantageux en présence de dépenses importantes.

Parmi les autres inconvénients, notez aussi qu’il impossible d’amortir fiscalement les sommes que vous avez investies pour la création de votre micro-entreprise.

Impératif pour tous les micro-entrepreneurs : rester informés!
Si les micro-entrepreneurs bénéficient de nombreux avantages fiscaux, sociaux et administratifs, vous devez tout de même bien rester informé de l’actualité.

Un exemple : selon un article publié récemment, un projet de décret a été soumis au Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants le 20 septembre dernier, en vue de réduire les avantages sociaux dont bénéficient les créateurs de micro-entreprises.

Une actualité à suivre si vous envisagez d’opter pour le micro-entreprenariat!

Enfin, si vous hésitez encore quant au choix de structure adapté à votre entreprise, prenez quelques minutes pour faire ce test imparable : https://bpifrance-creation.fr/boiteaoutils/test-regime-micro-entrepreneur-est-il-fait-vous