L’annonce du confinement par le gouvernement français le 16 mars a mis la plupart des petites entreprises et travailleurs indépendants « en veille », les obligeant à repenser en urgence leur stratégie, trésorerie et fonctionnement. Il faut désormais amorcer la reprise, annoncée pour le 11 mai pour la plupart des secteurs d’activité. 

Cette date nourrit beaucoup d’espoir quant à un retour à la normale. Les presque deux mois de confinement, et l’épidémie elle-même, ont fait évoluer les habitudes de travail des Français. Les dirigeants doivent adopter de nouvelles pratiques pour « l’après-Corona », auxquelles il faut réfléchir dès maintenant pour une reprise positive.

1. Mettre en place les mesures sanitaires

Le premier impératif est de réfléchir à la mise en place des obligations sanitaires (gestes barrière, distanciation sociale) avec vos clients et vos collaborateurs :
– Le port du masque doit intervenir dès lors que les règles de distanciation physiques ne peuvent pas être mises en place.
– Le télétravail doit être maintenu autant que possible. Les employeurs ont été invités à ne pas faire revenir les salariés dans les bureaux, sans doute au moins jusqu’à début juin.
L’Organisation internationale du travail (OIT) a dressé une liste de recommandations aux entreprises. Il est conseillé d’améliorer la ventilation dans les locaux, de procéder au nettoyage régulier des surfaces, et de mettre à disposition les moyens nécessaires pour se laver les mains et pour assurer la désinfection.
– L’organisation préconise également que les entreprises laissent les portes ouvertes pour que les gens n’aient pas à toucher les poignées.
– Chaque commerce devra respecter un cahier des charges strict, limitant le nombre de personnes présentes en même temps dans le magasin et organisant les flux, afin de faire respecter la règle de distance minimale d’un mètre par personne sans contact autour d’elle.

Ces points sont les mesures préventives de base à mettre en place, mais vérifiez les fiches conseils éditées par le ministère du Travail en fonction de votre secteur d’activité : https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/coronavirus-covid-19/proteger-les-travailleurs/article/fiches-conseils-metiers-et-guides-pour-les-salaries-et-les-employeurs

2. Evaluer un plan de reprise financier

Tout ne reviendra pas à la normale du jour au lendemain, hormis peut-être pour les coiffeurs qui verront leurs clients se ruer dans leur salon après deux mois d’errance capillaire. Une bonne estimation financière est impérative pour éviter les désillusions liées aux trop grandes attentes, et les mauvais choix budgétaires.
Evaluez le nombre de clients/patients actuels, et ceux dont vous envisagez « le retour » pour ces 6 prochains mois. Estimez votre potentiel chiffre d’affaires sur cette période et calculez vos dépenses pour organiser votre cashflow en conséquence.
La reprise pourra prendre plus que 6 mois mais l’important est de maîtriser votre trésorerie durant cette période, en parallèle des aides gouvernementales reçues.

3. Reprendre un nouveau rythme avec votre équipe… et avec vous-même !

Le télétravail a pris une place prépondérante dans la vie des entreprises et une question en découle aujourd’hui : quelle place conservera-t-il après le 11 mai ?

Alors que l’exécutif a demandé aux chefs d’entreprise de maintenir le télétravail autant que possible, votre équipe ne reprendra peut-être pas ses habitudes de fonctionnement habituels immédiatement. De nombreux outils permettent aujourd’hui un travail collaboratif à distance, tels que les outils de gestion en ligne. Ils permettent une communication fluide entre collaborateurs et une gestion de projets en collaboratif. Comme dans un open space, mais digital ! ,

Dès maintenant, planifiez une réunion d’équipe pour redéfinir ensemble la vie de l’entreprise dans les semaines à venir : planning, tâches et objectifs de chacun. Impliquez vos collaborateurs dans cette feuille de route de reprise en brainstormant !

En tant que chef d’entreprise ou travailleur indépendant, entre la baisse d’activité et vos obligations familiales, votre rythme journalier a dû considérablement changer… et vos habitudes de travail quotidiennes aussi. Etablissez un planning de reprise réaliste en n’occultant pas l’aspect personnel. Couchez sur papier vos actions prioritaires pour progressivement revenir à un rythme régulier : adaptation de vos horaires, séquençage de vos journées entre prestations classiques, management, prospection et marketing.

4. Informer votre réseau de votre reprise d’activité

Même si vous n’avez jamais rompu le contact avec vos clients et prospects et que vous êtes resté « visible », informez-les de votre reprise d’activité de manière claire (avec une date) et conviviale, avec une communication chaleureuse et empathique.
Le premier message à faire passer à vos contacts est de rassurer en expliquant concrètement la façon dont vous allez appliquer les mesures sanitaires liées à votre secteur. Cela montrera que vous prenez soin de vos clients en vous souciant de leur santé, et au-delà de l’aspect légal, vous donnera une image responsable.

Choisissez le moyen qui vous paraît le plus pertinent pour votre structure pour informer votre base clients/prospects : appel, SMS, mail, publication sur les réseaux sociaux. Pour les 10 clients les plus importants et/ou anciens, vous pouvez personnaliser l’approche : les appeler et élaborer une reprise sur-mesure de vos prestations, adaptée à leur budget.

Vos clients et prospects ont forcément eux aussi subit les effets de la crise économique et réduit leurs dépenses. Si vous le pouvez, faites un pas vers eux économiquement en offrant des prestations gratuites ou à tarif réduit sur une période définie en amont, pour relancer votre activité petit à petit.

5. Une réadaptation progressive

La transformation digitale nécessaire en cette période de crise sanitaire aura un impact durable sur le fonctionnement général des entreprises.

Pour les structures commerciales, le e-commerce est apparu comme la solution de secours privilégiée et les sites de ventes en ligne ont explosé, de même que la vente en ligne via des revendeurs. Vous pouvez choisir pour les mois à venir, de continuer partiellement ou totalement votre activité de cette façon si vous craignez de ne pas pouvoir faire appliquer les règles de distanciation sociale qui s’imposent.

De même pour les prestations de services : coachs, psychologues, décorateurs d’intérieur, créateurs de sites web : proposez des prestations tout en ligne (rendez-vous via Zoom, Consultations via des logiciels adaptés) et reportez à plus tard vos rendez-vous clients traditionnels de visu. Cela permet aussi de laisser le choix à vos clients et prospects s’ils ne se sentent pas encore prêts à des prestations en personne. N’oubliez pas de préciser sur vos outils de communication que cette option tout en ligne est possible. 

A travers ces nouveaux dispositifs à mettre en place, la reprise, c’est bien maintenant!